L'Amazonie asphyxiée par le soja

Article de Hubert Prolongeau avec Béatrice Marie pour Le Monde

Le petit avion a pris son envol. La forêt s’étend à perte de vue, tête immense dont la chevelure tutoie le ciel. L’Amazonie. Le poumon de la planète. La forteresse verte. D’un coup, la déchirure. La forêt s’ouvre. Blessée. Rasée. Le poumon tousse. La forteresse se fissure. Le paysage est soudain désolé. Des troncs abattus jonchent le sol, les plus résistants n’exhibant plus qu’un moignon noir de fumée. La terre laisse apparaître sa dernière couche, griffée à mort par les sillons des cultures.

Parfois émerge encore de la marée des champs, solitaire et incongru, le tronc d’un châtaignier. Un survivant. L’Etat du Para sera-t-il bientôt aussi dépouillé que son voisin, le Mato Grosso ?
Depuis janvier 2003, date d’arrivée de Lula au pouvoir, 70 000 km2 ont été sacrifiés au soja, l’un des plus féroces ennemis de la forêt brésilienne. Au début des années 1980, il poussait essentiellement aux Etats-Unis, qui assuraient 90 % de sa diffusion. En 2003, les exportations combinées du Brésil et de l’Argentine sont passées devant.
L’immense pays de Lula est devenu la patrie du nouvel or vert. Trois grosses sociétés américaines ont vu venir la manne : ADM, Bunge et Cargill. Cargill a même installé à Santarem, troisième ville amazonienne, un port. Complètement illégal. Tous les mois, deux cargos en partent en direction de l’Europe, emportant chacun 90 000 tonnes. “Le soja dévore l’Amazonie. Je ne reconnais plus ma ville”, dit Cayetano Scannavino, membre de l’ONG Santé et bonheur.

Dans les rues de Santarem, on voit de plus en plus de gros 4×4, conduits par des gauchos venus du sud du pays. Depuis qu’un rapport de Greenpeace, “Eating up the Amazon”, a mis le feu aux poudres, des autocollants ornent beaucoup de voitures “Greenpeace dehors. L’Amazone est aux Brésiliens”. La tension est palpable.

A la Cooper Amazon, société qui distribue des fertilisants, Luis Assuncao, le directeur, ne cache pas sa haine : “Ici, maintenant, c’est la guerre. Une guerre froide.” Au Mato Grosso, le gouverneur de l’Etat, Blairo Maggi, propriétaire de l’usine Amaggi, est l’un des plus gros producteurs de soja au monde. Il a construit une ville entière, Sapezal, pour loger sa main-d’oeuvre, fait bâtir à Itacoatoara un port en eau profonde, et proposé pour faciliter le transport de bitumer à ses frais 1 770 km de la route BR163.
Quand on lui parle déforestation, Blairo Maggi ironise sur la taille de l’Amazonie et affirme que la culture du soja est “bénéfique”. Du moins le faisait-il quand il acceptait encore de parler aux journalistes, tous suspects désormais d’être des “sous-marins” de Greenpeace. Retour au Para.

Comme tous les dimanches, il y a fête à la fazenda Bela Terra près de Santarem. Le cuisinier fait griller de gigantesques brochettes. La bière coule à flots. Les hommes sont à peine endimanchés, les femmes s’assoient à table en égales. C’est un joyeux brouhaha, une réunion de clan. L’entrée est fermée par une grille blanche, un panneau signale la présence de deux chiens méchants. Entre eux, les producteurs de soja, les sojeiros rigolent, parlent affaires, se serrent les coudes.
Devant l’étranger, la méfiance est de mise. Otalhio, 33 ans, fournit des fertilisants et des engrais. Le visage bouffi, il engouffre d’épaisses tranches de viande. Sa mère est brésilienne, son père uruguayen, et ils vivent encore près de la frontière, 5 000 km plus haut. “C’est dur, je ne les vois plus.” Il écrase une larme. Puis se fâche. “On nous appelle les gauchos, les bandits, les voleurs...” D’une main conquérante, il montre le sol. “Les gens ici ne font rien de leur terre. Ils restent parce qu’ils ne peuvent pas faire autrement. Ils veulent avoir la télé et aller en ville. Nous, on leur propose une autre manière de vivre.” Tonio Antares, propriétaire de quelques milliers d’hectares, revendique lui aussi ce droit à massacrer son pays. Petit, les yeux vifs, la peau rougie par un soleil qu’il n’apprivoisera sans doute jamais, il reste convaincu d’apporter avec lui prospérité et civilisation. “Le pays appartient aux Brésiliens. Nous venons aider cette région à se développer.”

Mais à qui profite ce développement ? Marcello da Silva a acheté deux pelleteuses et les loue aux exploitants contre un pourcentage de la récolte. De décembre à avril, il est dans le Mato Grosso, de mai à août dans le Para. Le reste du temps, il conduit des convois. Grand, costaud, les yeux bleus, il évoque plus le cow-boy Marlboro que l’Indien de la forêt. Un peu rustre, peut-être, prompt à aligner les bières. Mais confiant en son étoile. Le soja le rendra riche, il en est sûr. Sa femme, Patricia, veut acheter du terrain. Beaucoup de terrain. “Les Américains vont commencer à planter de la canne à sucre. Là, on va gagner beaucoup.” Ils vivent à Santarem, aimeraient avoir des enfants. L’avenir leur sourit. Mais rares sont ceux qui tirent leur épingle du jeu. Le coût social payé à la petite plante est très lourd. L’Amazonie s’est peuplée par à-coups, sur des promesses non tenues qui, de boom du caoutchouc en construction de la Transamazonienne, ont fait venir les miséreux du Nordeste et du Minas Gerais. Ils ont pris des terres, les ont ensemencées, n’en ont jamais eu les titres de propriété. Depuis ils végètent, prisonniers de ce qu’on appelle pudiquement l’agriculture familiale”. Une proie idéale pour les sojeiros